Ne m’abandonne pas de Xavier Durringer

Ce film s’ancre dans l’actualité, dans une réalité dont on entend parler à la télévision mais qu’au fond nous sommes loin d’imaginer.

Chama est une jeune fille de 17 ans qui vient de passer avec succès les épreuves du concours de Sciences Po, faisant la fierté de sa famille. Cependant, ses parents ignorent qu’elle vient de se marier en ligne avec un de ses anciens camarades de classe, Louis, converti à l’islam radical et parti faire le djihad en Syrie, que Chama doit rejoindre prochainement.

Le père de Louis, désespéré par le départ de son fils, suit ses faits et gestes à distance, et vient alerter les parents de Chama du mariage de leurs enfants et de la radicalisation de la jeune fille. Commence alors pour les parents une lutte âpre pour empêcher leur fille de quitter la France.

Un film bouleversant qui montre sans les juger les actes de parents désespérés, des actes à la mesure de leur amour pour leurs enfants quand ils se voient opposer un rejet total de leur éducation et de leur culture. On assiste aux cruels questionnements qu’ils affrontent, tels que l’incompréhension et la culpabilité. La société est également remise en question dans son impuissance à aider ces familles victimes de l’embrigadement et de la propagande. Elle est également interrogée sur ses capacités limitées à protéger ces enfants.

C’est enfin un film qui concerne chacun d’entre nous, car il démontre que peut importent les origines ou le niveau d’éducation, la fragilité de l’adolescence rend n’importe quel jeune susceptible d’être la proie des djihadistes.

 

Anne-Claire de Heredia